ExoMars 2016 a quitté l'orbite de la Terre et se dirige vers Mars

par Rédaction de France Info lundi 14 mars 2016 21:23, mis à jour le lundi 14 mars 2016 à 23h34
La fusée Proton
Le décollage lundi de la fusée Proton © Shamil Zhumatov

Le directeur du vol de la sonde a confirmé ce lundi soir sa séparation réussie avec l'étage propulseur Briz-M du lanceur russe Proton.

La mission Exomars 2016 est désormais sortie de l’orbite de la Terre et file vers Mars : ce lundi soir, après le lancement de l’engin par l'Agence spatiale européenne depuis Baïkonour au Kazahstan, le directeur du vol de la sonde a confirmé ce lundi soir sa séparation réussie avec l'étage propulseur Briz-M du lanceur russe Proton.

 

 

"Les dernières nouvelles sont excellentes", s'est réjoui sur France Info Olivier Sanguy, médiateur scientifique qui suit les opérations depuis le Centre de contrôle de l'Agence spatiale européenne en Allemagne. "A l'instant vient d'arriver un signal transmis par la sonde, ce qui veut dire que le vaisseau spatial est en bonne santé technique".

S'il reste à ExoMars 2016 encore beaucoup de défis à relever, ils seront dorénavant plus "doux" explique Olivier Sanguy. "Maintenant, c'est de la navigation interplanétaire que l'on fait : on va mettre en route, petit à petit, tous les systèmes, apporter quelques corrections de trajectoire pour, le 19 octobre, se mettre sur orbite autour de Mars et larguer le petit module Schiaparelli qui lui ira se poser sur la planète rouge".

496 millions de kilomètres

C'est un voyage de 7 mois et 496 millions de kilomètres qui l’attend. Jusqu'ici, seuls les Américains ont réussi à poser un engin sur Mars. Une fois arrivée sur la planète rouge, ExoMars se mettra en quête de traces de gaz, et notamment de méthane qui peut indiquer une activité volcanique ou biologique. Le rover européen devrait ensuite forer jusqu'à 2 mètres de profondeur, ce qui n'a jamais été fait. Il s’agit de rechercher d’éventuelles traces microscopiques de vie micro-organique passée ou actuelle.