Essais nucléaires en Polynésie : une "reconnaissance" des effets

par Rédaction de France Info mardi 23 février 2016 06:56
François Hollande à la mairie de Faa\\\'a
François Hollande à la mairie de Faa'a © Polynésie 1ère

François Hollande achève ce mardi matin en Polynésie la seconde étape de son périple dans le Pacifique sud. Le président reconnait que les essais nucléaires menés entre 1966 et 1996, notamment à Mururoa ont eu un impact environnemental et sanitaire.

C'est le sujet sensible du périple présidentiel dans le Pacifique sud. Des mots que la Polynésie attendait depuis vingt ans. "Je reconnais que les essais nucléaires menés entre 1966 et 1996 ont eu un impact environnemental, provoqué des conséquences sanitaires et aussi, c'est un paradoxe, entraîné des bouleversements sociaux lorsque les essais eux-mêmes ont cessé", a déclaré François Hollande.

Reconnaissance des "conséquences"

Pas de repentance, ce serait remettre en cause le bien fondé des essais, et donc de la puissance nucléaire française, mais la reconnaissance d'une dette contractée par la France. "Sans la Polynésie française, la France ne se serait pas dotée de l'arme nucléaire, et donc de la force de dissuasion. La France serait toujours une nation respectée, mais n'aurait pas la capacité d'être une nation pleinement indépendante, et capable de se faire entendre partout, de pouvoir sanctuariser son territoire, et de pouvoir aussi grâce à la force de dissuasion, contribuer à la paix. Cette contribution, celle que vous avez vous-même apportée à travers les essais nucléaires, je veux la reconnaître solennellement aujourd'hui devant vous". 

"Je reconnais que les essais nucléaires ont eu un impact environnemental et sanitaire", François Hollande

A LIRE AUSSI ►►► Essais nucléaires : François Hollande veut accélérer les indemnisations des victimes

Le lundi 22 février 2016