Découverte du corps d'un étudiant italien mutilé en Egypte : l'Italie veut "toute la vérité"

par Mathilde Imberty vendredi 5 février 2016 18:00
Maurizio Massari, ambassadeur italien en Egypte se rend à la morgue où le corps du jeune homme se trouve
Maurizio Massari, ambassadeur italien en Egypte se rend à la morgue où le corps du jeune homme se trouve © Mohamed Abd El Ghany / Reuteurs

Un étudiant de 28 ans avait disparu au Caire depuis le 25 janvier. Il a été retrouvé mercredi à moitié nu avec des traces de brûlures de cigarettes. Depuis, l’Italie est sous le choc et veut des réponses.

Giulio Regeni, un doctorant à l'université britannique de Cambridge de 28 ans, avait disparu au Caire le 25 janvier dernier. Il a été retrouvé mercredi à moitié nu avec des traces de brûlures de cigarettes. Depuis, l’Italie est sous le choc.

L'étudiant devait rencontrer des opposants au régime 

Au moment de sa disparition, Giulio menait des recherches dans le cadre d’une thèse sur les mouvements ouvriers en Egypte. Il devait rencontrer ces prochains jours des opposants au régime. Il disparait mystérieusement le 25 janvier au centre du Caire, jour anniversaire de la révolte populaire qui, en 2011, a mis fin au régime d’Hosni Moubarak. Ce jour là, le régime avait interdit tout rassemblement.

Le corps de l’étudiant italien est retrouvé neuf jours plus tard dans un fossé en bord de route, avec des traces de sévices sur le corps. Crime crapuleux ou bavure policière, toutes les hypothèses sont ouvertes sur la mort de l'étudiant italien. En tout cas, Giulio avait confié avoir peur ces derniers jours. Il écrivait d’ailleurs sous un pseudonyme ses articles pour le quotidien Il Manifesto.

L'Italie exige une enquête commune avec l'Egypte

Dans un entretien téléphonique avec le président Abdel Fattah al-Sissi, le Premier ministre italien Matteo Renzi a demandé que le corps de Regeni soit rendu à sa famille. Il a par ailleurs souhaité que les investigations permettent de "découvrir les responsables de cet horrible crime et les livrer à la justice". De plus, il réclame au Caire une enquête commune à laquelle participeront des experts italiens. Des enquêteurs italiens sont d'ailleurs arrivés dès ce vendredi après-midi au Caire.