Cuba: François Hollande appelle Barack Obama à "effacer" l'embargo américain

par Rédaction de France Info lundi 1 février 2016 19:24, mis à jour le lundi 1 février 2016 à 19h49
François Hollande et Raul Castro se sont rencontrés en début de soirée à l\\\'Elysée
François Hollande et Raul Castro se sont entretenus en début de soirée à l'Elysée©MaxPPP

Au cours de la visite officielle du président cubain Raul Castro à Paris, François Hollande s'adresse directement à Barack Obama. Il l'appelle à "aller jusqu'au bout" et à "effacer l'embargo commercial américain qui frappe Cuba", un "vestige de la guerre froide" selon le chef de l'Etat français.

Deux présidents qui se rencontrent et en interpellent un troisième, absent, ce lundi soir dans les salons dorés de l'Elysée. La rencontre entre François Hollande et son homologue Raul Castro était clairement un message au pensionnaire de la MaisonèBlanche. Barack Obama, qui a déjà permis des progrès sur le rapprochement entre Cuba et les Etats-Unis, doit aller "jusqu'au bout", selon François Hollande, et "permettre qu'il puisse y avoir la fin de ce vestige de la guerre froide" qu'est l'embargo commercial américain sur Cuba. Un embargo qui doit être "effacé" selon les voeux du président français.

"Cet embargo, ce blocus doivent être maintenant effacés pour que Cuba prenne pleinement sa place"
François Hollande 

François Hollande: "Barack Obama doit aller jusqu'au bout" et effacer l'embargo US contre Cuba

"Vestige de la guerre froide"

François Hollande répête ainsi le message qui avait été le sien lors de son voyage à Cuba, le premier d'un président occidental depuis très longtemps, à la Havane en mai dernier. Il rappelle ainsi à Barack Obama ses propres déclarations: le président américain avait lui-même appelé le Congrès des Etats-Unis à voter la levée de cet embargo contre Cuba. Il interdit toujours aux Américains d'investir et de faire du tourisme dans l'île. Mais pour le moment, Washington et la Havane s'en tiennent à un réchauffement de leurs relations diplomatiques sans aboutir à une levée du blocus.

La visite officielle de Raul Castro à Paris, sa première dans un pays occidental, se termine ce lundi soir à l'Elysée par un dîner d'Etat. Plus tôt dans la journée, une demi-douzaine de contrats ont été signés entre des entreprises françaises et l'Etat cubain. Les deux pays ont également signé un accord qui prévoit qu'une partie de la dette cubaine en France va être convertie en un fonds d'investissement franco-cubain. Il sera doté de 212 millions d'euros  pour financer des projets de développement dans l'île. 

A LIRE AUSSI ►►► La visite à Paris de Raoul Castro guettée par les entreprises