aller directement au contenu
  • Votre radio, vos favoris, vos alertes personnalisées

Le bras de fer économique se poursuit entre l'UE et Israël

le Vendredi 26 Juillet 2013 à 19:31
Par Lucas Roxo

Des implantations israéliennes, en Cisjordanie, près de Jérusalem. Baz Ratner © Reuters

La semaine dernière, l'Union européenne avait en quelque sorte boycotté les colonies israéliennes en Cisjordanie en privant les entités israéliennes sur place de subventions. Un geste économique et diplomatique fort, auquel Israël a répondu en décidant de bloquer les relations entre l'UE et certaines régions de la Cisjordanie.

"Nous n'accepterons pas de diktats de l'extérieur sur nos frontières", avait déclaré Benjamin Netanyahu, le Premier ministre israélien, après l'annonce de la décision de l'Union européenne. Il a tenu parole et sa réaction ne s'est pas fait attendre longtemps. 

Il y a à peine une semaine, le 17 juillet, l'UE a adopté un texte excluant les territoires "occupés" de Cisjordanie, c'est-à-dire les implantations israéliennes, de sa coopération avec Israël. Une nouvelle règlementation censée entrer en vigueur en 2014.

Restrictions financières

Plus précisément, cela consiste pour l'UE à établir une distinction financière entre les "colonies", les communautés de peuplement israéliennes établies en Cisjordanie, et les entités palestiniennes. 

Cela signifie qu'à partir de 2014, les implantations israéliennes présentes dans ces territoires ne recevront plus de subventions ou de prêts européens, comme c'était visiblement le cas jusqu'à aujourd'hui. Seuls les territoires palestiniens y auront droit. Une nouvelle manière, pour l'UE, de refuser l'existence des "colonies israéliennes", qu'elle estime illégales "au regard de la loi internationale". 

La tension monte entre l'Union européenne et Israël © euronewsfr

"Nous ne pouvons pas l'ignorer ou considérer ces crachats comme si c'était de la pluie"

La décision européenne, perçue comme un véritable boycott par Israël, a déplu au sein de ses instances dirigeantes. "Je ne permettrai pas que des centaines de milliers d'Israéliens vivant en Cisjordanie soient affectés", s'est indigné Benjamin Netanyahu. 

Ses propos ont vite été suivis par des actes, puisqu'Israël a annoncé ce vendredi sa décision de bloquer l'aide européenne à la population palestinienne de Cisjordanie. "Nous ne pouvons pas l'ignorer ou considérer ces crachats comme si c'était de la pluie", a déclaré un responsable politique israélien, qui a précisé, sous le sceau de l'anonymat, que ce choix faisait suite à celui de l'UE de "boycotter les colonies". 

La zone C concernée

L'Union européenne craint que cela affecte l'aide humanitaire prodiguée aux Palestiniens. En effet, la décision israélienne consiste à "geler tous les projets, annuler les réunions, limiter la coordination et la délivrance de permis pour les opérations européennes" à destination des Palestiniens qui vivent dans la zone C. 

Dans les faits, le risque est de voir le développement des habitants palestiniens sur les lieux complètement bloqué. La région concernée, la zone C, est celle qui, selon les accords d'Oslo II, est placée sous le contrôle total d'Israël (dans l'attente d'un transfert - hypothétique - vers l'Etat palestinien). Au contraire de la zone C, les zones A et B ont une autonomie complète ou partagée. Gaza et Ramallah, notamment, se situent en zone A. 

62 % du territoire cisjordanien

La décision d'Israël est lourde sens, car la zone C représente à ce jour 62 % de la surface globale du territoire cisjoranien. De plus, depuis certaines années, on constate que la population palestinienne recule, alors que les implantations israéliennes ne cessent d'augmenter (5,3 % en plus lors de la dernière décennie). 

C'est donc une forme de guerre diplomatico-économique que sont en train de se livrer l'Union européenne et Israël. Et c'est d'autant plus vrai lorsqu'on sait que l'UE est, aujourd'hui, le premier partenaire économique d'Israël.  

Les implantations israéliennes en Cisjordanie (chiffres de 2010). © IDÉ

Par Lucas Roxo
8
Vos réactions sur cette info
Avatar de anonyme
La décision d'Israël est lourde sens => lourde de sens Est-ce que l(UE osera u jour tenir tête à Israël ?
Avatar de anonyme
On notera que certains s'offusquent que l'Europe puisse choisir les destinataires des subventions (semble pourtant naturel), écartent de la liste des bénéficiaires les implantations illégales (condamnées comme telles depuis des années par l'ONU) ..... alors que ces mêmes personnes semblent trouver normal que l’État Israélien subventionne très largement ces colonies sans jamais verser la moindre subvention aux palestiniens de ces zones ..... cherchez l'erreur ! ......
Avatar de anonyme
Pourquoi un tel délai pour diffuser l'information ? On ménage certaines susceptibilités ?
Avatar de anonyme
Je condamne fermement cette ingérence inacceptable de la part de l'UE. Par cette tentative, l'UE cherche à montrer qu'elle a toujours une main-mise sur la scène politique internationale. Mais ce qu'elle n'arrive pas à réaliser, c'est que cette "Vieille Europe" se fait d'autant plus vieille et que ses vaines tentatives pour la ressaisir ne font que la plonger dans la médiocrité diplomatique.
aller directement au contenu