Scandale du Mediator : plus de 85% des dossiers jugés irrecevables

par Rémi Ink mercredi 3 octobre 2012 08:15, mis à jour le mercredi 3 octobre 2012 à 11h30
Charles Platiau Reuters

Les experts du ministère de la Santé ont rejeté plus de 85% des demandes d'indemnisation de victimes dans le scandale du Mediator, selon le journal Le Parisien. L'Oniam (Office national d'indemnisation des accidents médicaux) a jugé la maladie "sans lien de causalité" avec la prise du médicament.

Le scandale du Mediator va-t-il tourner court ? Le journal Le Parisien révèle mercredi que pour plus de 85% des dossiers médicaux jusqu'ici examinés, la maladie a été jugée "sans lien de causalité" avec la prise du médicament Mediator.

Seuls 112 dossiers médicaux ont été jugés recevables sur les 831 examinés par le collège d'experts depuis septembre 2011. 712 dossiers ont été rejetés. Il reste toutefois encore des milliers de dossiers à examiner par l'Oniam (Office national d'indemnisation des accidents médicaux).

C'est un "cadeau fait aux laboratoires Servier" déclare Maître Charles Joseph Oudin, qui représente plusieurs victimes présumées du Médiator. 

"Un choix idéologique", dénonce Me Oudin  
 

Lecture
 

Partager

La docteure Irène Frachon, qui a révélé ce scandale médical, "regrette les positions du collège d'experts qui a mis la barre très haut". Elle dénonce des débats musclés et des pressions du laboratoire Servier qui conteste tous les dossiers. 

Irène Frachon : "Le doute bénéficie systématiquement à Servier"  
 

Lecture
 

Partager

 

Le Mediator, médicament indiqué dans le traitement du diabète, largement détourné comme coupe-faim durant sa commercialisation de 1976 à 2009, est soupçonné d'avoir causé au moins 500 morts en 30 ans.
Pour le laboratoire Servier, les chiffres rendus publics par Le Parisien
"confirment que le risque lié à la prise du Mediator est rare".

"Ces chiffres ne sont pas définitifs, et sont plutôt rassurants", pour Lucy Vincent (Servier)  
(Directrice générale des affaires extérieures du laboratoire, interrogée par Bruno Rougier)

Interrogée à la sortie du Conseil des ministres, Marisol Touraine s'est
dite "très attentive à ce que les victimes puissent être idemnisées
correctement, et à ce que Servier assume ses responsabilités
". La
ministre de la Santé ajoute que "c'est le laboratoire qui est
responsable
".