La demande de démolition de la mosquée de Fréjus est rejetée

par Rédaction de France Info vendredi 26 février 2016 14:11
Mosquée de Fréjus
La mosquée de Fréjus après son ouverture le 22 janvier © maxPPP

Le tribunal correctionnel de Draguignan rejette la demande de démolition de la mosquée de Fréjus. Mais il condamne à de grosses amendes l'ancien maire de la ville et les dirigeants du lieu de culte.

C'est une nouvelle étape dans la bataille autour de la mosquée de Fréjus dans le Var. Le tribunal correctionnel de Draguignan apporte une réponse négative à la demande du maire frontiste de la commune : il s'oppose ce vendredi à la démolition du bâtiment flambant neuf. Les juges n'ont donc pas suivi les réquisitions du procureur. 

En revanche, l'association qui gère le lieu de culte et son président Driss Maaroufi ont respectivement écopé de 60.000 et 15.000 euros d'amende pour avoir notamment utilisé un permis de construire périmé. Quant à l'ancien maire UMP de Fréjus, Elie Brun, il est condamné à 18 mois de prison avec sursis et 100.000 euros d'amende pour avoir délivré ce permis frauduleux. Malgré ces condamnations, Driss Maaroufi est soulagé : "On est content. On est satisfait qu'il n'y ait pas de démolition."

"Un jugement laxiste"

"C'est un jugement particulièrement laxiste", réagit de son côté le nouveau maire FN, David Rachline. "N'importe quel citoyen aurait fait ce type de construction avec un permis de construire caduc ou sans permis de construire, sa maison aurait été rasée sur le champ.

"Ce jugement est très inquiétant", David Rachline, sénateur-maire FN de Fréjus

Cette décision de justice est un revers de plus pour l'élu frontiste. En janvier, le Conseil d'Etat avait déjà demandé au préfet du département d'assurer l'ouverture provisoire de la mosquée après le refus de David Rachline de le faire. Mais l'affaire n'est pas terminée. Une dernière procédure est en cours devant le tribunal administratif.