L’affaire Eric Zemmour prend une tournure judiciaire

par Delphine Gotchaux vendredi 19 décembre 2014 10:50, mis à jour le vendredi 19 décembre 2014 à 11h09
Eric Zemmour pourrait être ciblé par plusieurs plaintes
Eric Zemmour pourrait être ciblé par plusieurs plaintes © MaxPPP

Plusieurs mouvements et associations veulent porter plainte contre le journaliste et polémiste Eric Zemmour, alors que le parquet de Paris a ouvert une enquête préliminaire.

Plusieurs associations anti-racistes ont dénoncé les propos d’Eric Zemmour sur les musulmans, lors d’un entretien au quotidien italien Corriere della Sera daté du 30 octobre. Le journaliste et écrivain a réagi en pointant "une manipulation fantastique", mais les procédures judiciaires le visant pourraient s’accumuler dans les prochaines heures.

A LIRE AUSSI ►►►Quand Eric Zemmour imagine la déportation de musulmans

Le Conseil représentatif des associations noires (CRAN) ainsi que la Licra et l’Union des étudiants juifs de France (UEJF) ont annoncé vouloir porter plainte contre Eric Zemmour pour "incitation à la haine raciale". La Grande Mosquée de Paris et l’Union des organisations islamiques de France (UOIF) envisagent de faire de même. Selon les informations recueillies par France Info, le parquet de Paris a d'ailleurs ouvert une enquête préliminaire pour "provocation à la haine raciale".

Trop d'ampleur médiatique

Les propos visés par ces procédures sont des extraits de l'interview donnée par le polémiste au journal italien Corriere della Sera,  fin octobre. Une phrase tirée de l’entretien a particulièrement interpellé les associations : "Cette situation d'un peuple dans le peuple, des musulmans dans le peuple français, nous conduira au chaos et à la guerre civile ."
 
Selon les associations préparant une plainte, il s’agit de combattre sur le terrain  judiciaire ce qu'elles nomment  "la haine raciste et islamophobe" d'Eric Zemmour, pour faire écho, soulignent-elles, à la "promotion médiatique exceptionnelle", dont bénéficie le polémiste. Les différents mouvements font là allusion aux nombreuses collaborations radio, télé et presse écrite du journaliste.

Par ailleurs, dans une lettre ouverte, ces associations et plusieurs personnalités politiques ou du monde de la culture ont demandé au Conseil supérieur de l'audiovisuel (CSA) de "faire cesser la diffusion de la haine d'Eric Zemmour".