Salah Abdeslam affirme qu'il voulait se faire exploser au stade de France

par Rédaction de France Info samedi 19 mars 2016 18:31, mis à jour le samedi 19 mars 2016 à 19h29
François Molins, procureur de Paris
François Molins, procureur de Paris © Reuters/Eric Gaillard

François Molins, procureur de Paris, a donné samedi lors de sa conférence de presse les premières déclarations de Salah Abdeslam aux enquêteurs. Mais il reste prudent sur les éléments fournis.

Le procureur de la République de Paris s'est exprimé pour la première fois depuis l'arrestion de Salah Abdeslam en Belgique, vendredi. Selon François Molins, le détenu a affirmé aux magistrats belges qu'il avait eu l'intention, le 13 novembre dernier, de "se faire exploser au stade de France" mais qu'il avait fait "machine arrière". Mais le procureur veut rester prudent.

"Ces premières déclarations, qu'il faut prendre avec précaution, laissent en suspens toute une série d'interrogations sur lesquelles Salah Abdeslam devra s'expliquer."

Entre autres éléments, il a fait référence au communiqué du groupe Etat islamique après les attaques évoquaient le XVIIIe arrondissement de Paris, pourtant épargné. Il a aussi rappelé que Salah Abdeslam avait été repéré dans ce même arrondissement dès 22 heures, le soir du 13 novembre, et qu'il avait finalement abandonné sa ceinture explosive à Montrouge, en banlieue de Paris. 

Extradition vers la France ?

Son inculpation lui a en tout cas été notifiée samedi après-midi pour "participation à des meurtres terroristes et participation aux activités d'un groupe terroriste" et Salah Abdeslam a été transféré à la prison de haute sécurité de Bruges. François Molins a confirmé que le détenu refuse d'être transféré vers la France mais le procureur assure que le Français de 26 ans devrait bien être remis à la justice française au plus tard dans trois mois.

L'enquête continue, évidemment, et six magistrats instructeurs sont toujours en charge du dossier à Paris. C'est bien la justice française qui a émis le mandat d'arrêt européen, procédure purement judiciaire, qui a permis l'inculpation de Salah Abdeslam.

A LIRE AUSSI ►►► Salah Abdeslam inculpé pour "participation à des meurtres terroristes"

"Une avancée très forte" et "un immense soulagement"

Cette arrestation représente évidemment "une avancée très forte" dans l'enquête sur les attentats du 13 novembre 2015. Même s'il doit être pris avec précaution, le témoignage de Salah Abdeslam pourrait s'avérer décisif. Le député Eduardo Rihan Cypel rappelait qu'il pourrait conduire à de nouvelles arrestations, liées aux réseaux terroristes en Europe.

Dès le début de son intervention, le procureur de Paris a également parlé d'un "immense soulagement pour tous" et notamment pour les victimes et proches de victimes. Les associations seront d'ailleurs reçues lundi à l'Elysée.