Taubira comparée à un singe: 9 mois ferme pour l’ex-candidate FN

par Evelyne Chatelais mardi 15 juillet 2014 20:55, mis à jour le mardi 15 juillet 2014 à 22h55
Anne-Sophie Leclère, ex-FN écope de 9 mois de prison ferme, pour avoir comparé C.Taubira à un singe
Anne-Sophie Leclère, ex-FN écope de 9 mois de prison ferme, pour avoir comparé C.Taubira à un singe © Maxppp

Christiane Taubira avait été comparée à un singe dans un photomontage publié sur Facebook. L'auteur de la publication et des légendes a été condamné mardi à neuf mois de prison ferme.

L’affaire d’un photomontage comparant la ministre de la Justice à un singe avait du bruit à l’automne 2013, après un reportage de France 2. Anne-Sophie Leclère, alors candidate aux élections municipales à Rethel dans les Ardennes, avait assumé sa publication sur Facebook, la photo de la garde des Sceaux à côté d’un petit singe. En décembre, elle avait été exclue du parti de Marine Le Pen.

Un jugement au-delà des réquisitions

Christiane Taubira n’avait pas souhaité saisir la justice pour cette attaque, mais le parti guyanais Walwari avait porté plainte en réaction à des propos racistes. C’est pour cette raison que l’affaire a été jugée au tribunal de Cayenne.
Anne-Sophie Leclère a été condamnée à neuf mois de prison de prison ferme, cinq ans d’inéligibilité et à une amende de 50.000 euros. Le tribunal de Cayenne a également condamné le Front national à 30.000 euros d’amende. La condamnation de l’ancienne candidate FN va au-delà des réquisitions du parquet qui demandait quatre mois de prison ferme, lors de l'audience le 8 juillet.

Il s'agit d'une décision "en rapport avec l'extrême gravité des faits", selon Me Jérôme Gay, l'avocat du parti Walwari.

"Ni le FN, ni Mme Leclère n'ont jugé utile de se présenter" Me Gay, avocat de Walwari

De son côté, le secrétaire régional de Walwari, Joë Pied, a commenté ainsi la décision de justice : 

"Une institution notable de la politique reconnaît que le Front national est condamnable par le droit, et qu’il s’agit d’un parti raciste. Nous espérons que cette décision va faire date."

L'humour comme excuse

Dans l’émission Envoyé Spécial, Anne-Sophie Leclère, propriétaire d’une boutique d’articles de pêche à Rethel expliquait ses difficultés à boucler une liste du Front national dans sa commune. Interrogée sur ses convictions, elle avait montré et commenté sa page Facebook, avec des photos qui n’ont pas tardé à faire réagir. Sous celle du petit singe, cette légende "à 18 mois" et sous le cliché de la garde des Sceaux, ces mots "et maintenant".
Plus tard, la commerçante engagée en politique, avait tenté de se défendre en évoquant la plaisanterie :

"Cette photo, c’était de l’humour. L’image a été postée sur ma page Facebook et je l’avais supprimée quelques jours après, ce n’est pas moi l’auteur."

Anne-Sophie Leclère avait été exclue du FN dans la foulée, le 3 décembre 2013 et elle ne s’est finalement pas présentée aux municipales en mars 2014.

Une condamnation "extravagante" selon le FN

Lors du procès à Cayenne, le 8 juillet, l’ex-candidate frontiste était absente. En soirée mardi, elle n’avait pas réagi à la condamnation susceptible d’appel. En Guyane, le représentant local du FN, René Tran Van Nghia, a qualifié la sentence de "politique et ridicule". A Paris, le Front national a annoncé son intention de faire appel et donné sa position par le biais d’un communiqué en qualifiant la sentence de "condamnations révoltantes". 

"Il doit s’agir des condamnations les plus importantes prononcées depuis longtemps en matière de droit de la liberté d’expression."

Le vice-président du FN,Louis Alliot s'est plaint qu’aucun avocat n’ait voulu défendre son parti.

"La justice qui a été rendue à Cayenne n’est pas la justice de la République française." Louis Alliot, FN.

Sur la condamnation d’Anne-Sophie Leclère, Louis Alliot, botte en touche en rappelant qu’elle a été "exclue" du FN, mais estime "extravaguant d’être allé au-delà des réquisitions".