Catastrophe de Brétigny : de possibles responsabilités individuelles soulevées

par Rédaction de France Info jeudi 21 janvier 2016 15:07, mis à jour le jeudi 21 janvier 2016 à 15h36
Trois cheminots de la SNCF ont été placés mi-janvier sous le statut de témoin assisté
Trois cheminots de la SNCF ont été placés mi-janvier sous le statut de témoin assisté © MaxPPP

Deux ans après le drame de Brétigny-sur-Orge dans l’Essonne qui avait coûté la vie à sept personnes en en avait blessé des dizaines, un nouveau rapport pointe la SNCF et ses activités salariées de maintenance.

Le 12 juillet 2013, un train déraillait tuant sept personnes et faisant des dizaines de blessés. Les entreprises SNCF et Réseau ferré de France (RFF) sont déjà mises en examen en tant que personnes morales. A présent, l’enquête se déplace vers des salariés. Le vendredi 15 janvier, trois cheminots de Brétigny ont été placés sous statut de témoin assisté dans le cadre de l’enquête.

A LIRE AUSSI ►►►Catastrophe de Brétigny : les auteurs du rapport persistent

Le rapport pointe à nouveau les défauts de maintenance et de surveillance de la part de la SNCF. Mais, pour la première fois, l'hypothèse de responsabilités individuelles est soulevée. Elle porte toujours sur le secteur de l’accident. Des agents auraient effectué des réparations mais en se trompant d’endroit. Le problème de la pièce fissurée qui avait été identifié avant l'accident n’aurait donc pas été réglé. Pour Marie-Laure Ingouf, avocate de victimes de l'accident, il est normal que la question de responsabilité individuelle soit soulevée.

"Les juges d’instruction ont commencé leurs investigations pour descendre progressivement la pyramide de l’entreprise et voir si, en plus du problème de direction, il y a eu également des problèmes individuels."

L’avocate estime qu’il faut savoir si, à cet échelon, "des choses n’ont pas été respectées". L’hypothèse de salariés qui n’auraient pas fait leur travail "n’est exclue, ni par les juges d’instruction, ni par les parties civiles" ajoute-t-elle.