Abus de confiance : deux ans de prison requis contre Basile Boli

par Gilles Halais mardi 2 juillet 2013 11:02, mis à jour le mardi 2 juillet 2013 à 23h49
Gonzalo Fuentes Reuters

La justice soupçonne l'ancienne gloire du football d'avoir détourné des fonds publics alors qu'il était président de l'association ERA (Entreprendre et réussir en Afrique). Une peine de deux ans de prison avec sursis et 30.000 euros d'amende ont été requis à l'encontre de l'ex-footballeur.

Fondée en septembre 2007 par Basile Boli, l'association ERA avait pour vocation d'aider les migrants africains à se réinstaller dans leur pays pour y monter des projets économiques.
Elle était largement financée par l'Agence nationale de l'accueil des étrangers et des migrations (Anaem), un organisme public rebaptisé depuis Office français de l'immigration et de l'intégration (Ofii).

À l'époque, l'Anaem s'était engagée à verser, sur trois ans avec des échéances tous les six mois, la somme de 1,89 million d'euros à ERA. Une convention avait été signée entre Basile Boli et l'agence, sous la présidence de Brice Hortefeux, alors ministre de l'Immigration.

Mais après quelques mois, les termes de l'accord ont semblé ne pas avoir été respectés, et l'Anaem a diligenté un audit.

Salaires, frais de déplacements

L'épluchage des comptes d'ERA aurait révélé qu'une part significative des subventions servait à régler des dépenses très éloignées de l'objet de l'association. Mais aussi que les salaires et les frais de déplacements révélaient un train de vie de l'association bien trop conséquent par rapport à ses ressources.

En février 2009, à la suite d'un signalement, le procureur de Nanterre (Hauts-de-Seine) Philippe Courroye ouvre une enquête préliminaire. Basile Boli est placé en garde à vue, puis relâché.
L'ex-footballeur se dit, à l'époque, "injustement soupçonné".

"Enquête viciée"

Finalement, en juillet 2010, le parquet décide de le renvoyer en correctionnelle pour "abus de confiance".

L'Ofii, partie civile dans ce dossier, réclame le remboursement de quelque 496.000 euros à l'ancienne gloire des Bleus, mais aussi à Patrick Givanovitch, ex-directeur général d'ERA, poursuivi pour les mêmes chefs.
Leurs avocats dénoncent une enquête "totalement contraire à l'équilibre des parties" et "viciée". Et espèrent obtenir l'annulation de l'ensemble de la procédure.

Une peine de deux ans de prison avec sursis et 30.000 euros d'amende ont été requis à l'encontre de l'ex-footballeur. La décision a été mise en délibéré au 15 octobre.

Basile Boli était entré dans la légende du football français en 1993 en marquant le but décisif de l'OM, alors présidé par Bernard Tapie, en finale de la Ligue des Champions face au Milan AC. Il a aussi évolué sous le maillot de l'AJ Auxerre et des Glasgow Rangers.