Prison avec sursis pour Rémy Julienne

par France Info mercredi 2 novembre 2011 00:00
Radio France © France Info

18 mois de prison avec sursis, et une amende de 13.000 euros : pendant le tournage du film Taxi 2, une cascade avait mal tourné. Un caméraman avait été tué.

On a beau être le cascadeur le plus célèbre du cinéma, on n’est jamais à l’abri d’une erreur. Sauf que, quand celle-ci coûte la vie à une personne, c’est devant un tribunal que l’affaire se règle.
_ L’affaire en l’occurrence remonte au 16 août 1999, pendant le tournage de Taxi 2, près de la porte Dauphine. La voiture, lancée à pleine vitesse, devait sauter par-dessus deux chars d’assaut. Seulement, en retombant, elle est allée trop loin, au-delà des matelas de protection. Elle a percuté une caméra et les personnes autour. L’une d’elles a été tuée.

A l’issue de l’instruction, le réalisateur du film, Gérard Krawczyk, et le producteur, Luc Besson, avaient bénéficié d’un non-lieu. Seules deux personnes étaient renvoyées en correctionnelle : Rémy Julienne, et Bernard Grenet, le producteur exécutif.
_ Celui-ci a finalement été relaxé. La 31ème chambre du tribunal correctionnel de Paris n’a reconnu aujourd’hui la culpabilité que du directeur des cascades. Rémy Julienne a été condamné à 18 mois de prison avec sursis, et 13.000 euros d’amende.
_ Car lors de l’audience, qui s’était déroulée en juin dernier, le réalisateur Gérard Krawczyk avait rejeté toute la responsabilité du drame sur les épaules du directeur des cascades : «Rémy Julienne a déterminé le périmètre de sécurité et validé l’emplacement des caméras. Je n’irai jamais contre une prescription de Rémy Julienne.» Puisque, avait-il ajouté, c’est «le meilleur cascadeur du monde». Le parquet avait alors reproché au cascadeur de ne pas avoir pris toutes les précautions nécessaires pour la sécurité, et notamment d’avoir «négligé les calculs de vitesse et de longueur».

L’affaire n’en restera pas là. Une audience, civile cette fois, a été fixée au 20 novembre prochain.