Maltraitance dans une maison de retraite : trois lycéennes mises en examen

par Rédaction de France Info dimanche 24 janvier 2016 17:52
 C\\\'est dans cette maison de retraite de Seine et Marne que les trois lycéennes poursuivies effectuaient leur stage © maxPPP
C'est dans cette maison de retraite de Seine et Marne que les trois lycéennes poursuivies effectuaient leur stage © maxPPP

Agées de 16 et 17 ans, trois lycéennes qui effectuaient un stage dans une maison de retraite de Seine-et-Marne ont été mises en examen pour des maltraitances qu'elles auraient infligées à des pensionnaires.

Des cas de maltraitance dans une maison de retraite en Seine-et-Marne. Ce n'est pas le personnel qui est en cause mais trois stagiaires de l'établissement. Les jeunes filles de 16 et 17 ans sont soupçonnées de violence verbale sur des personnes âgées, dans un Ehpad d'Annet-sur-Marne, en Seine-et-Marne.
 
Elles ont été mises en examen vendredi pour "violences en réunion avec préméditation" et aussi "diffusion sur internet de scènes de violence". Elles avaient diffusé sur le réseau social Snapchat les vidéos de ces maltraitances.

Des vidéos courtes, une vingtaine de secondes environ, diffusées sur le réseau social Snap chat, une application très utilisée par les jeunes qui permet d'envoyer des images qui s'effacent immédiatement après le visionnage.

Sur ces videos, on peut voir les trois jeunes filles s'en prendre verbalement aux résidents. Selon les premiers éléments de l'enquête trois victimes auraient été identifiées. Il s'agit de personnes vulnérables, handicapées, ou atteintes de la maladie d'Alzheimer.

Les trois élèves poursuivies sont en formation d'auxiliaire de vie au lycée Jean Moulion de Torcy.
Ce sont certains de leurs camarades qui, en recevant les vidéos, ont alerté leur professeur. Le stage a été immédiatement suspendu et la gendarmerie prévenue.

Une réaction rapide saluée ce dimanche matin par la secrétaire d'Etat en charge des personnes agées, Laurence Rossignol qui s'est rendue sur place et a dénoncé "des faits graves".

Selon elle, ces élèves étaient encadrées par une tutrice et n'ont à aucun moment remplacé du personnel. Mais il se peut qu'elles aient  été laissées seules au moment des pauses ou entre deux tâches. C'est l'un des points que l'enquête devra éclaircir.

Ecoutez la réaction de Laurence Rossignol, secrétaire d'Etat aux personnes âgées

La Fédération des personnes âgées a aussi réagi et dénoncé le manque de personnel d'encadrement dans les maisons de retraite.

Le directeur de l'EHPAD, Brice Tirvert, estime qu'il n'y a pas eu de défaut d'encadrement.