Fuite de gaz à Rouen : Veolia appelé à la rescousse

par Julien Baldacchino jeudi 24 janvier 2013 11:19, mis à jour le jeudi 24 janvier 2013 à 12h08
Maxppp

Alors qu'un tiers du produit dégageant le gaz malodorant ont été neutralisés mercredi, le patron de Veolia a déclaré avoir été appelé à l'aide pour s'occuper du traitement de ce gaz, et en particulier de l'élimination des produits après neutralisation du gaz. Selon le préfet de Seine-Maritime, les opérations devraient s'achever d'ici la fin de semaine.

L'entreprise spécialisée
dans les services à l'environnement, Veolia, a été appelée pour aider au
traitement de la fuite de gaz sur l'usine Lubrizol de Rouen. Le PDG de Veolia,
Antoine Frérot, l'a annoncé ce jeudi pendant une présentation de la stratégie
de l'entreprise.

"Pour la fameuse
pollution du gaz mercaptan qui s'échappe de l'usine de Rouen (...), c'est Veolia
qui a été appelé à la rescousse pour traiter cette pollution très difficile à
traiter et complexe
".

Il s'agira pour Veolia, selon Jérôme Lecomte, patron de la division propreté du groupe, "d'éliminer proprement" le produit obtenu à l'issue du traitement. En effet, pour les opérations de traitement, le contenu du bac d'où s'est échappé le gaz est transféré vers un autre bac qui contient une solution sodée capable de neutraliser ce même gaz. Si ces premières démarches ont bien été menées par Lubrizol, c'est à Veolia qu'il reviendra d'éliminer la solution obtenue en fin de réaction chimique.

Deux tiers du produit
filtrés

Les opérations consistent
à traiter les produits qui contiennent du mercaptan, ce gaz qui s'est échappé depuis lundi de
l'usine Lubrizol
classée Seveso, et qui a été senti jusqu'à Paris et en
Angleterre. Ce gaz, s'il n'est a priori pas toxique à faible concentration, peut
provoquer des maux de ventre et des nausées. Sous l'une de ses formes, il peut être
plus nocif

Sur les 36 tonnes de
produits à traiter, 12 l'ont été dans la journée de mercredi, et 12 autres
devraient l'être dans la journée de jeudi, selon le préfet de
Seine-Maritime Pierre-Henri Maccioni. "Conformément au protocole, cela
laisse penser que les opérations pourraient s'achever en fin de semaine
",
a-t-il déclaré.