"En direct" de la prison de Béziers, le détenu qui s'est filmé est en garde à vue

par Rédaction de France Info lundi 22 février 2016 17:08, mis à jour le lundi 22 février 2016 à 18h12
Prison de Béziers
Capture d'écran du compte Twitter du détenu

Un détenu de la prison de Béziers, près de Montpellier, s'est filmé dans sa cellule et a publié la vidéo en direct sur internet. Il a été placé en garde à vue.

C’est une vidéo qui sonne comme un pied de nez à l’administration pénitentiaire. Dans la nuit de samedi à dimanche, un détenu du centre pénitentiaire de Béziers, près de Montpellier, a offert une visite de sa cellule en direct aux internautes. Il répond à toutes leurs questions: "J’ai la chaîne-hifi, une X-Box, du Coca. J’ai tout ce que tu peux avoir. Hier, j’avais même de l’alcool". Le détenu condamné à quatre ans de prison semble très à l'aise, au point de se rouler un joint devant la caméra. Il le dit d'ailleurs : "La prison c'est un petit Club Med !"

Une scène qui s'est passée sur Periscope, cette application qui permet de diffuser en direct une vidéo tournée avec un portable. C’est un deuxième coup de pub en dix jours. Serge Aurier, le défenseur du PSG s’était déjà illustré mi-février sur l'application Periscope, notamment  en insultant son entraîneur.

Plusieurs portables dans sa cellule

Une enquête judiciaire a été ouverte après la diffusion de cette nouvelle vidéo. Le détenu est en garde à vue et entendu par la police de Béziers. Celui qui utilise le surnom "Luciano" sur Twitter était déjà connu de l’administration pénitentiaire. En janvier, il avait reçu une sanction administrative après la découverte de trois téléphones dans sa cellule.

Le personnel de la prison n'est pas surpris

Voir un détenu se filmer et diffuser sa vidéo sur internet alors qu'il n'a pas le droit au portable, ce n'est pas une surprise pour Karim Terki, agent pénitentiaire à Béziers. "Des couteaux, de l'alcool, de la drogue" circulent dans la prison, relève ce délégué CGT. Des colis sont envoyés "par-dessus les murs d'enceintes", ou introduits lors des visites aux parloirs. L'agent appelle à une fouille générale de la prison. 

"Dans notre établissement, il rentre beaucoup trop de choses", Karim Terki, agent pénitentiaire à Béziers