Spectaculaire braquage d'un convoi de Saoudiens à Paris

par Sophie Parmentier lundi 18 août 2014 06:48, mis à jour le lundi 18 août 2014 à 12h15
Le braquage a eu lieu au niveau de la Porte de la Chapelle à Paris
Le braquage a eu lieu au niveau de la Porte de la Chapelle à Paris © MAXPPP

Entre six et huit hommes lourdement armés ont attaqué ce dimanche un convoi de l'ambassade d'Arabie saoudite à bord duquel se trouvait un prince selon la police. Ils ont été dépouillés de 250.000 euros et de "documents sensibles".

Le braquage d'un convoi de véhicules, au beau milieu du périphérique parisien, "c'est du jamais vu", confie un policier, encore sidéré par les circonstances de cette attaque exceptionnelle. Il était un peu plus de 21 heures dimanche soir, près de la Porte de la Chapelle, à Paris, quand six à huit braqueurs armés jusqu'aux dents, ont stoppé net, sur le périphérique, l'un des véhicules de ce convoi. Un convoi peu ordinaire puisqu'à bord des onze voitures de luxe, il y avait un prince saoudien, un membre de la famille royale d'Arabie saoudite, en route pour prendre un avion à l'aéroport du Bourget. Ce n'est pas la voiture du prince qui a été directement visée par les braqueurs mais le premier véhicule du convoi, qui fonçait avec un peu d'avance sur les autres. Les braqueurs l'ont bloqué, en pleine course, juste avant l'autoroute A1 au nord de Paris. Avec leurs Kalachnikovs, les braqueurs, qui circulaient à bord de deux grosses cylindrées, ont fait descendre le chauffeur saoudien et ses deux passagers.

Un butin colossal et des documents "sensibles" 

Il n'y a eu aucun coup de feu de tiré. Il n'y a pas eu de blessé.  Les braqueurs ont tranquillement pris le volant de la grosse Mercedes saoudienne, et ils ont réussi à s'enfuir, avec un butin colossal : 250 000 euros en liquide. Les braqueurs ont aussi dérobé des documents dits "sensibles", selon l'entourage du prince saoudien. Malgré ce braquage, le prince a réussi à s'envoler vers l'Arabie Saoudite. En France, le prince logeait selon nos informations, dans le prestigieux hôtel parisien George V.  A ce stade de l'enquête, on ne sait pas à quel moment le convoi princier a été pris en chasse par les braqueurs qui étaient indéniablement très aguerris et très bien informés.

Lundi en milieu de journée, le butin n'avait toujours pas été retrouvé. Pas plus que les braqueurs. Les enquêteurs de la police judiciaire parisienne, les enquêteurs de la Brigade de répression du banditisme chargés de l'enquête ont seulement découvert la Mercedes saoudienne volée, ainsi que l'une des voitures du commando armé, mais les deux véhicules étaient calcinés. Ils ont été retrouvés en Seine-et-Marne.