Aux Etats-unis, les armes pour enfants font aussi des victimes

par Taimaz Szirniks vendredi 3 mai 2013 16:59, mis à jour le vendredi 3 mai 2013 à 18h35
Autre

Quelques mois près la tuerie de l'école de Newtown, un nouveau drame relance le débat sur la place des armes aux Etats-Unis. Un garçon de 5 ans a pris mercredi la carabine qu'on lui avait offerte, appuyé la gâchette et touché mortellement sa petite sœur. Plusieurs marques proposent en effet tout à fait légalement de vrais fusils pour enfants.

La mère des enfants était dans la cuisine lorsqu'elle a entendu le coup partir. Son fils de 5 ans a attrapé le fusil qu'on lui avait offert l'année dernière et a tiré un coup, tuant sa petite soeur. Caroline Sparks, âgée de deux ans, a reçu une balle dans la poitrine. ce fait divers s'est déroulé mercredi dans l'Etat du Kentucky (Etats-Unis).

Le garçon de cinq ans avait eu en cadeau la version réduite d'une carabine pour
adultes, avec une gâchette spécialement construite pour des petits doigts. Une arme de la marque Crickett.

Dans la région rurale du Kentucky où vit la famille, ce cadeau n'a rien d'étrange. L'usage des armes y est répandu
dès le plus jeune âge, pour la chasse ou pour l'autodéfense. Sur tout le territoire américain, les enfants peuvent participer aux séances de tir avec leurs parents, qui en diffusent ensuite les vidéos.

Des armes pour tous les âges

Crickett est une marque du producteur Keystone Sporting Arms, basé en Pennsylvanie. Le site du fabricant était inaccessible aujourd'hui.

Une autre armurerie
américaine propose en ligne un large choix de fusils pour enfants, dont les prix vont de
115 dollars (88 euros, l'arme utilisée par l'enfant) à 500 dollars pour une carabine Browning au manche en bois de noyer. Noir pour les petits garçons, rose fluo pour les filles, le .22 long rifle "Crickett" incriminé porte le doux nom de " Mon premier fusil ". 


Autre

Le Crickett 22 long rifle à un coup "for kids"

(Ne) faut-il (pas) bannir les armes ?

Quelques mois après la tuerie de Newtown, ce fait divers relance encore la polémique sur la place des armes aux Etats-Unis. Le président américain Barack Obama vient de rater sa réforme de la législation sur les armes, un des principaux objectifs de son second mandat. L'interdiction de la vente libre des fusils d'assaut, et la vérification du casier judiciare et du profil psychiatrique des acheteurs sont passés à la trappe.

Le plus grand lobby pro-armes américain, la National Rifle Association (NRA), avait lutté contre cette loi. Le congrès national de la NRA s'ouvre ce vendredi à Houston, au Texas. 70.000 amateurs et des défenseurs de choix du deuxième amendement y participent, dont l'ex candidate à la vice-présidence Sarah Palin et le gouverneur du Texas Rick Perry.

Aux Etats-Unis, chaque pas du législateur vers l'interdiction des armes est vu par leurs défenseurs comme une attaque contre le deuxième amendement à la Constitution, qui garantit le port d'arme pour défendre sa patrie et sa famille.

"Une milice bien organisée étant nécessaire à la sécurité d'un
État libre, le droit qu'a le peuple de détenir et de porter des armes ne sera
pas transgressé."  (Deuxième amendement à la constitution des Etats-Unis)

Traditionnellement républicains mais pas exclusivement, les associations pro-armes ont attiré de nombreux nouveaux membres depuis l'élection du
démocrate Barack Obama.