Attentats de Paris : la fiche S de l'un des kamikazes renouvelée en octobre

INFO FRANCE INFO par Olivier Boy lundi 16 novembre 2015 00:12, mis à jour le lundi 16 novembre 2015 à 06h00
La fiche S de l\\\'un des kamikazes renouvelée en octobre dernier
La fiche S de l'un des kamikazes renouvelée en octobre dernier © MAXPPP

La fiche S de l'un des terroristes, Ismaël Mostefaï, avait été renouvelée le 12 octobre dernier. Les autorités ordonnaient de maintenir la vigilance le concernant.

La fiche S d'Ismaël Mostefaï a été renouvelée le 12 octobre dernier selon les informations recueillies par France Info. Cet homme âgé de près de 30 ans est l'un des terroristes auteurs de l'attaque contre le Bataclan. Il a été identifié grâce à une empreinte digitale retrouvée sur son doigt arraché.

Un mois avant qu'il ne passe à l'action, les services de renseignements ordonnaient donc de maintenir la vigilance le concernant en renouvelant de fait cette fiche S. Cela ne veut pas dire déclencher une surveillance mais cela signifie la nécessité d'être attentif parce que cet homme est un islamiste radical. Concrètement, quand un policier ou un gendarme le contrôle, il s'agit de prendre le maximum d'informations et de faire remonter à la DGSI mais sans l'interpeller.

A LIRE AUSSI ►►►Expliquez-nous ... la fiche S

Un séjour en Syrie en 2013 et 2014

Concernant Ismaël Mostefaï, la première fois qu'il est fiché c'est en 2010. Et si les services de renseignements ont décidé de la renouveler il y a un mois, c'est qu'ils ont considéré à ce moment-là qu'il n'avait pas changé. Il y a des raisons pour cela. France Info vous le révélait samedi, il serait allé en Syrie entre la fin 2013 et le printemps 2014, plusieurs mois donc, avant de rentrer en France à Chartres.

Est-ce que les services ont su qu'il était rentré ou pas? La question se pose. Cet homme n'a en tout cas pas été poursuivi. Il n'a pas été en prison. En revanche, a-t-il été suivi à ce moment-là par la DGSI, comment était-il surveillé et à quel niveau avait été évalué son degré de dangerosité ? Ces questions-là se posent encore.