Attentat contre Charlie Hebdo : un dieu assassin à la une d’un numéro spécial

par Pierrick Bonno lundi 4 janvier 2016 07:26
Un an après l\\\'attentat contre Charlie Hebdo, un numéro spécial sort ce mercredi
Un an après l'attentat contre Charlie Hebdo, un numéro spécial sort ce mercredi © capture d'écran

L’hebdomadaire publiera mercredi un numéro spécial, un an après l’attentat qui a décimé une grande partie de l’équipe. Le directeur Riss y signe un éditorial défendant la laïcité.

Un numéro spécial de Charlie Hebdo sortira le mercredi 6 janvier. Il a été tiré à près d'un million d'exemplaires dont des dizaines seront expédiés à l'étranger. Un an après les attentats du 7 janvier, l'hebdomadaire satirique sort un numéro double, 32 pages au lieu de 16, pour un cahier de dessin des disparus, Cabu, Wolinski, Charb, Tignous, Honoré. Egalement, des contributions de personnalités dont la ministre de la Culture, Fleur Pellerin.
A LIRE AUSSI ►►►Luz : "Il faut revenir aux fondamentaux de Charlie Hebdo

A la une du numéro spécial de Charlie Hebdo, figure un dieu assassin, un dieu barbu et armé, avec une Kalachnikov en bandoulière, le vêtement taché de sang, et ce titre "1 an après, l'assassin court toujours".
La une est signée par Riss, le patron du journal et dessinateur. Il avait été gravement blessé lors de l'attaque du 7 janvier 2015. Dans son éditorial, Riss présente un nouveau plaidoyer en faveur de la laïcité. Il dénonce "les fanatiques abrutis par le Coran" ainsi que "les culs-bénits venus d'autres religions" qui avaient souhaité la mort du journal pour avoir osé "rire du religieux".

Le dessinateur se souvient de cette matinée terrible du 7 janvier 2015. Après "le bruit assourdissant d'une soixantaine de coups de feu, un immense silence envahit la salle de rédaction. Comment faire le journal après tout ça", se demande-t-il. "Ce ne sont pas deux petits cons encagoulés qui vont foutre en l'air le travail de nos vies" affirme-t-il.
Dans ce numéro anniversaire sont également présentées les contributions d'une dizaine de personnalités, dont la ministre de la Culture Fleur Pellerin, les comédiennes Isabelle Adjani et Charlotte Gainsbourg, les intellectuels comme Elisabeth Badinter et la Bangladaise Taslima Nasreen ou encore le musicien Ibrahim Maalouf.