Migrants : une position commune de l'Europe présentée à la Turquie

par Hervé Toutain vendredi 18 mars 2016 07:04
Les 28 ont trouvé un terrain d\\\'entente sur la question migratoire au terme d\\\'un dîner de travail jeudi à Bruxelles
Les 28 ont trouvé un terrain d'entente sur la question migratoire au terme d'un dîner de travail jeudi à Bruxelles © MaxPPP

Les dirigeants des 28 pays de l'Union européenne vont proposer un texte commun à la Turquie ce vendredi, avec pour objectif de tarir l'afflux de migrants vers l'Europe.

Les 28 pays de l'Union européenne ont trouvé un terrain d'entente tard jeudi soir à Bruxelles sur la gestion de la crise migratoire. Le texte commun sera présenté au Premier ministre turc dans la matinée ce vendredi. Le projet reviendra ensuite à la table des Européens à la mi-journée pour un accord définitif.

Des "moyens humains" de la France en cas d'accord

Le président français, François Hollande, est toujours à la recherche d’un accord global. Il concerne d'abord la Turquie qui, selon Paris, devra respecter ses engagements, c'est à dire la réadmission de tous les migrants irréguliers arrivés en Grèce, dans le respect du droit et de la protection dus aux réfugiés.
A LIRE AUSSI ►►►François Hollande : "aucune concession" à la Turquie sur les droits de l'Homme

L'accord voulu par la France concerne ensuite la Grèce qui devra bénéficier de l’aide européenne pour rendre pleinement opérationnels ses centres d'accueil, ses "hot spots" et permettre aux migrants syriens sur son sol de faire jouer leur droit d’asile et leurs possibilités de recours.
En cas d’accord, la France souhaite une mise en œuvre rapide du plan, en "quelques semaines" affirme François Hollande qui promet des moyens humains supplémentaires pour la Grèce et la Turquie. "Je ne peux pas vous garantir qu’il y aura une conclusion heureuse. Cela va dépendre de la négociation et ensuite de l’accord des 28 sur le texte tel qu’il ressortira de la discussion avec la Turquie" a déclaré François Hollande jeudi soir.

"On est en bonne voie mais on n’est pas encore arrivés" : François Hollande à Bruxelles

Le plan sera-t-il suffisant pour mettre un terme aux vagues migratoires ? Pas tant que durera le conflit en Syrie a conclu le chef de l’Etat.