Julian Assange a passé la nuit à l'ambassade d'Equateur, à Londres

par Guillaume Gaven mercredi 20 juin 2012 09:33
Paul Hackett Reuters

Le fondateur de WikiLeaks y a demandé l'asile politique, après avoir épuisé tous les recours juridiques en Grande-Bretagne. Le Foreign Office n'a pu que constater qu'Assange se trouvait désormais "en territoire diplomatique, hors de portée de la police".

Dernier coup de théâtre, ou tentative désespérée ? Pour échapper à une extradition programmée vers la Suède, Julian Assange n'a rien trouvé de mieux que d'aller, hier après-midi, à l'ambassade d'Equateur, à Londres, pour y demander l'asile politique. C'est le chef de la diplomatie équatorienne qui l'a révélé, en fin de journée, ajoutant :"le gouvernement équatorien examine cette requête".

Il n'en a pas fallu plus pour qu'une foule de journalistes rapplique dans le très chic quartier de Chelsea, à Londres. 

Un peu gêné aux entournures, le Foreign Office a mis quelque temps à réagir à cette dernière péripétie, avant de constater "qu'en raison de sa présence à l'ambassade équatorienne, M. Assange se trouvait en territoire diplomatique, hors de portée de la police".

Selon Quito, le fondateur de WikiLeaks a expliqué sa démarche par"la regrettable déclaration d'abandon des autorités de (son) pays". La Cour suprême britannique avait rejeté, la semaine dernière, son dernier appel contre son extradition.

Reste que Julian Assange a violé le régime de liberté conditionnelle, auquel il est soumis depuis 18 mois - respecter un couvre-feu et se présenter régulièrement à un commissariat. 
Scotland Yard précise qu'il est donc "passible d'arrestation".