Universités : "L'objectif est d'arriver à 50% de bac + 3" (Geneviève Fioraso)

par Julien Moch mercredi 20 mars 2013 17:45

Geneviève Fioraso - Réussite des étudiants : "Il faut qu'on se mobilise."

Le lundi 28 avril 2014

Sur France Info, la ministre de l'Enseignement supérieur explique que son projet de loi présenté ce mercredi en Conseil des ministres vise à "améliorer les conditions d'une recherche plus attractive". Il s'agit également de favoriser la réussite des étudiants avec un objectif : 50% de bac + 3.

Comment améliorer le taux de réussite des étudiants à
l'université ? Pour Geneviève Fioraso, il faut "mieux orienter, mieux
informer les familles et former davantage les jeunes
". A travers son texte
de loi
, la ministre de l'Enseignement supérieur veut notamment améliorer la
réussite des bacheliers issus des filières technologiques et professionnelles.

"Les bacs pros et technos sont orientés par défaut vers
l'université parce qu'ils ne sont pas acceptés vers les sections préparent au
BTS pour les bacs pro et vers les IUT pour les bacs technos. Ce qu'il faut
faire, c'est les réorienter dans ces filières dans lesquels ils réussissent
très bien. Il faut ensuite qu'ils puissent poursuivre les études
".

"10.000 intitulés de master, c'est de la folie"

Geneviève Fioraso veut aussi faire du ménage dans les
intitulés des diplômes. "10.000 intitulés de master, c'est aberrant, c'est
de la folie. Les employeurs ne s'y retrouvent pas. A l'international, on ne s'y
retrouve pas
".

Hors, "dans une économie et une connaissance mondialisée",
il faut être "davantage attractif à l'international". Pour autant,
"que nos étudiants, que nos doctorants aillent passer un an ou plus à
l'étranger, c'est très bien. Cela leur donne une culture internationale. Mis ce
qu'il faut, c'est qu'ils reviennent
".

"J'avance sur des projets finançables"

Du côté des syndicats, l'Unef s'est réjouie que
"l'intérêt des étudiants est au centre d'une loi". Mais pour son président
Emmanuel Zemmour, "on n'arrivera pas à augmenter significativement la
réussite étudiante sans s'attaquer à la précarité des étudiants
".

Interrogée sur l'allocation d'études sous condition de ressources, l'un des
engagements du candidat Hollande pour lutter contre la précarité étudiante, la ministre assure que "nous avons un
quinquennat pour y répondre. J'avance sur des projets finançables. Nous avons
engagé l'efficacité des bourses et des aides sociales. Il y aura des
négociations avec les syndicats d'ici la fin du quinquennat
".