OCDE : même avec les nouveaux rythmes scolaires, la France reste mauvaise élève

par mardi 25 juin 2013 00:23, mis à jour le mardi 25 juin 2013 à 11h00
Maxppp

D'après le rapport annuel de l'OCDE, la France doit encore faire des efforts en matière d'éducation. Ses enseignants sont mal payés, le rythme scolaire des enfants d'école primaire doit être amélioré, et les jeunes sans diplôme sont plus au chômage que dans les autres pays.

L'organisation de coopération
et de développement économique
(OCDE), qui regroupe les pays les plus riches de
la planète, vient de publier son rapport annuel sur l'éducation. L'OCDE met en
garde la France sur plusieurs sujets : le salaire des enseignants, la
semaine de classe sur quatre jours et demi et le
problème de l'avenir des jeunes non diplômés.

Des enseignants mal payés

L'OCDE
estime que les enseignants français du primaire et du secondaire sont moins
payés que ceux des autres pays. Pour les débutants, comme pour les confirmés,
le salaire horaire est en moyenne inférieur de 10 à 15 euros en France, par rapport aux
autres nations de l'OCDE.

En
2011 en moyenne, un enseignant français du primaire a gagné environ 25.000 euros
par an contre 29.000 dans l'OCDE. Dans le premier cycle de l'enseignement
secondaire, le salaire moyen français était de 27.000 euros contre 30.000 dans l'OCDE.
Dans le deuxième cycle de l'enseignement secondaire, 27.000
euros contre 31.000 dans l'OCDE.

>>> A LIRE Formation des enseignants : comment on fait ailleurs ?

Par
ailleurs, selon le rapport "34 années d'ancienneté sont nécessaires pour
atteindre l'échelon maximum en France, contre seulement 24 années en moyenne
dans les pays de l'OCDE
".

Enfin,
l'OCDE souligne que le salaire des enseignants "en prix constant" a
diminué en France entre 2000 et 2011, "compte tenu de l'inflation".


OCDE Autre

Evolution du salaire des enseignants après 15 ans d'ancienneté © OCDE

La réforme des rythmes
scolaires à revoir

Dans son rapport, l'OCDE
revient également sur la réforme de Vincent Peillon. Le ministre de l'Education
nationale a mis en place la semaine de quatre jours et demi
. L'organisation internationale estime qu'elle va dans le bon sens mais que la France
reste tout de même mauvais élève sur ce point.

Les élèves français ont six
heures de classe par jour, c'est plus que la moyenne de l'OCDE. Dans la plupart
des pays, les enfants vont apprendre quatre ou cinq heures par jour. Pour l'OCDE il n'y
pas de lien direct entre les rythmes scolaires et le niveau des élèves. Le plus
important reste la qualité de la formation des enseignants.

Les élèves français vont plus longtemps à l'école que les autres, les explications de Célia Quilleret  

L'avenir des jeunes non diplômés

Le rapport de l'OCDE pointe
également le problème des jeunes non diplômés. En France, 23% des jeunes non
diplômés de 25 à 34 ans sont au chômage. Le pays se place à la 8e place
du taux de chômage le plus élevé des jeunes sans qualification de l'OCDE.

De plus, ils sont très peu à
recevoir une formation. Seul 1% des jeunes de 25 à 29 ans sans diplôme sont en
formation en France, contre 7% en moyenne dans les pays de l'OCDE.

Pour Eric Charbonnier, expert
à l'OCDE, il y a "un manque d'adéquation entre le système d'éducation et
le marché du travail
". Il déplore le fait qu'en France, lorsqu'une
personne quitte l'école, il est très difficile d'y retourner : "L'école
n'est pas développée pour permettre d'avoir une seconde chance
". Même
chose pour l'université française, alors que certains pays comme la Nouvelle-Zélande ou
la Suède, explique Eric Charbonnier, "ont beaucoup d'adultes qui viennent
à l'université à temps partiel pour se perfectionner dans certains domaines
".
Il y a également des pays qui créent des programmes de "seconde chance"
pour les adultes sans qualification.

La France doit faire des efforts dans la formation de ses adultes sans diplôme selon Eric Charbonnier, expert à l'OCDE  

Lecture
 

Partager

Oeuvres liées