La répartition des 1.000 postes supplémentaires d'enseignants de primaire à la rentrée

Scoop par Célia Quilleret mardi 19 juin 2012 21:21, mis à jour le mercredi 20 juin 2012 à 05h00
Sébastien Lapeyrere Maxppp

Les académies de Versailles, Créteil, Bordeaux et Aix-Marseille seront les mieux dotées en postes supplémentaires d'enseignants à la rentrée prochaine. Et les académies ne seront pas toutes logées à la même enseigne.

Le ministère de l'Education va dévoiler ce matin la répartition des 1.000 postes qui vont être créés dans les écoles à la rentrée. Il va l'annoncer aux syndicats en Comité technique ministériel. 

De source syndicale, ce sont les académies de Créteil et de Versailles qui seront les mieux dotées avec près de 100 postes pour chacune. Une soixantaine de postes pourraient être attribués aux académies de Bordeaux et d'Aix-Marseille. Selon les syndicats, ces académies sont effectivement celles qui en ont le plus besoin. Ensuite, le rectorat de Poitiers a déjà annoncé qu'il bénéficierait de 35 postes, un chiffre qui circule également dans l'académie de Montpellier. Mais comme le font remarquer les syndicats, cette académie devait perdre 153 postes à la rentrée : elle en perdra tout de même 118.

Coup de pouce

Pour le gouvernement, il s'agit d'une mesure d'urgence pour donner un coup de pouce lors de la prochaine rentrée. L'idée est de privilégier les académies où le taux d'encadrement est le plus bas, où le taux de réussite pose problème et où les difficultés sociales sont les plus fortes. En déplacement dans l'Oise le 7 juin, François Hollande s'était également engagé à préserver les zones rurales.

Ce matin, les académies connaîtront donc précisément le nombre de postes qui vont être crées pour chacune, il s'agira ensuite de les répartir par département. Les syndicats attendent des réouvertures de classes ou des ouvertures de postes de remplaçants pour permettre aux jeunes enseignants stagiaires de partir en formation en début d'année.

Enseignants supplémentaires : les académies les plus en difficulté servies en priorité. Logique, selon Sébastien Sihr (SNUipp)