Sivens : statut de témoin assisté pour le gendarme lanceur de la grenade mortelle

par Rédaction de France Info vendredi 18 mars 2016 13:25
Le corps de Rémi Fraisse avait été retrouvé après des affrontements avec la police dans la nuit du 25 au 26 octobre 2014
Le corps de Rémi Fraisse avait été retrouvé sur le site de Sivens après des affrontements avec la police dans la nuit du 25 au 26 octobre 2014 © MATHIEU PATTIER/SIPA

Le maréchal des logis chef J. était entendu dans le cadre de l'information judiciaire ouverte par le parquet de Toulouse pour "violences volontaires ayant entraîné la mort sans intention de la donner." C'est lui qui avait lancé la grenade qui a tué l'écologiste Rémi Fraisse, le 26 octobre 2014 sur le site du barrage de Sivens.

En janvier 2015, ce gendarme avait été placé en garde à vue et entendu par les enquêteurs de l'Inspection générale de la gendarmerie nationale. Mais il n'avait pas été déféré devant un juge. Il avait été blanchi puisque l'IGGN avait estimé dans son rapport que les avertissements préalables au lancer de grenade avaient été effectués.  Selon son avocat Jean Tamalet, le fait qu'il soit placé sous le statut de témoin assisté signifie qu'il "ne peut pas être renvoyé devant un tribunal, c'est un signal fort. La suite logique est qu'il bénéficie d'un non-lieu."
Il a aussi indiqué que l'information judiciaire, ouverte initialement pour "violences volontaires ayant entraîné la mort sans intention de la donner", a été requalifiée en "homicide involontaire, ce qui correspond aux faits."