Un gros plan de stock-options pour Michel Combes à son arrivée chez Altice ?

par Rédaction de France Info jeudi 10 septembre 2015 16:06, mis à jour le jeudi 10 septembre 2015 à 17h45
Michel Combes nommé fin août directeur des opérations d\\\'Altice
Michel Combes nommé fin août directeur des opérations d'Altice © Maxppp

L'ex-directeur général d'Alcatel, Michel Combes, pourrait recevoir un important plan de stock-options de la part du groupe Altice, qui vient de le recruter, selon l'Obs, qui évalue le plan à 100 millions d'euros. Michel Combes est déjà au centre d'une polémique pour des primes de départ d'Alcatel d'un montant de 14 millions d'euros. Le groupe Altice n'infirme, ni ne confirme l'information.

Après un départ à 14 millions d'euros, une arrivée à 100 millions d'euros ? Selon L'Obs, Michel Combes, l'ancien directeur général d'Alcatel, pourrait recevoir un important plan de stock-options au sein du groupe Altice, qui vient de le recruter. Le journal avance le chiffre de 100 millions d'euros. La semaine dernière, il a été nommé directeur des opérations de la holding de l'homme d'affaires Patrick Drahi, et président de sa filiale française SFR-Numericable. Fin août, à son départ d'Alcatel-Lucent, l'ancien directeur général avait déclenché une polémique avec une prime de départ de 13,7 millions d'euros. 

A LIRE AUSSI
►►► Primes chez Alcatel : l'AMF examine de possibles "irrégularités"
►►► Le Medef juge "choquantes" les primes de Michel Combes

Joint par France Info, Altice n'infirme, ni ne confirme l'information de cette "prime d'arrivée". Un membre du groupe que France Info a pu joindre indique que la société n'a pas à dévoiler les éléments de rémunération de ces dirigeants. Car la société Altice est côtée à la bourse d'Amsterdam. Or, la  réglementation financière néerlandaise n'impose pas aux sociétés côtées de communiquer la rémunération des managers. Seulement celle des membres du conseil d'administration.

Il est malgré tout précisé que Michel Combes ne recevra aucune rémunération en tant que président du conseil d'admnistration de l'opérateur SFR-Numéricable. Au sein du groupe Altice, en revanche, Michel Combes occupera le poste de directeur des opérations. A ce titre, il devrait toucher, théoriquement et au même titre que les autres dirigeants, une rémunération fixe, une rémunération variable et recevoir des stock-options.

Choquant ? "Peut-être pas tant que ça" dit Parisot

Alors 100 millions d'euros, une somme choquante ? France Info a posé la question à l'ancienne présidente du Medef, Laurence Parisot. "Peut-être pas tant que ça", répond-elle. "S'il est avéré que ce sont uniquement des stock-options, et non pas des actions gratuites, et s'il est confirmé qu'il y a une part de risque très grande chez Altice. Je m'explique : Patrick Drahi est un entrepreneur assez extraordinaire, très audacieux, mais qui prend beaucoup de risques. On sait qu'Altice est très endetté, donc si Michel Combes arrive et si ce montant de stock-options n'est là que pour l'inciter à être encore plus partie prenante dans le risque entrepreneurial pris pas Patrick Drahi, c'est peut-être compréhensible", explique-t-elle.

Un montant "pour l'inciter à être encore plus partie prenante dans le risque entrepreneurial" suppose l'ancienne présidente du Medef Laurence Parisot

Par ailleurs, concernant sa première rémunération, celle pour son départ d'Alcatel, le Haut Comité de gouvernement d'entreprise (HCGE) avait annoncé lundi avoir transmis à Alcatel-Lucent ses recommandations au sujet de la prime exceptionnelle. Dans un communiqué, il demandait au conseil d'administration de l'équipementier télécoms français de lui communiquer rapidement "les suites qu'il entendait donner" à ces recommandations, dont il ne précisait pas le contenu. Le ministre de l'Economie Emmanuel Macron avait jugé choquants son départ et la rémunération qu'il pourrait percevoir. L'Autorité des marchés financiers (AMF) a en outre demandé à ses services d'examiner d'éventuelles irrégularités dans la rémunération du dirigeant.