Les salariés de Doux enfin fixés sur leur sort ?

par Caroline Caldier mardi 4 septembre 2012 11:19
Maxppp

Le groupe breton Doux, ex-leader européen de la volaille et qui emploie 3.400 personnes en France, entame une semaine cruciale pour les 1.700 salariés de son pôle "frais". Après plusieurs mois de graves difficultés financières qui ont conduit à sa mise en vente, le tribunal de commerce de Quimper va examiner mercredi les offres de reprise. Jugement prévu le 10 septembre.

Le
gouvernement avait fixé une date limite au dépôt des offres "améliorées".
Depuis vendredi, la liste est donc parvenue sur le bureau du comité central d'entreprise
qui examine toutes ces propositions avant que le tribunal rende son jugement au
plus tard le 10 septembre. Sur les 1.700 salariés du pôle frais, un millier d'emplois
sont toujours menacés
.

Les offres "améliorées"
de la rentrée

  • Blancafort dans le Cher
    (244 emplois) : la reprise était jusqu'alors incertaine, intéresse
    finalement Glon Sanders et Duc qui ont fait une proposition préservant 130
    emplois sur deux ans.
  • Boynes dans le Loiret :
    5 CDI de plus après l'offre de début août (voir ci-dessous).
  • Sérent dans le Morbihan :
    après l'abandon de l'offre de la société Tallec, qui projetait de reprendre 152
    des 159 salariés. Duc propose de reprendre 127 CDI (contre 101 dans l'offre initiale).
    LDC propose de reprendre 60 CDI (contre 55 précédemment) tout en prévoyant le
    transfert de 55 CDI sur des sites situés à moins de 20
    km et des embauches sur d'autres sites du groupe.

L'échec

Graincourt (Pas-de-Calais) : Un entrepreneur et élu local du Pas-de-Calais, Roger Houzel, avait avancé l'idée d'une cinquième offre à capitaux iraniens pour l'abattoir (254 emplois). Non recevable juridiquement, son offre pouvait être améliorée mais l'entrepreneur a finalement jeté l'éponge. "On peut se considérer comme chômeurs", a déclaré Fabrice Anot, délégué CGT du site, qui évoque un "profond sentiment d'abandon" chez les salariés de Graincourt.

Les offres de l'été maintenues

Pour l'usine de
fabrication d'aliments pour volailles de Clémont (Cher), le couvoir de poussins
d'Amilly (Loiret) et l'abattoir de poulets à Boynes (Loiret) : les groupes
Duc, Glon Sanders, Axereal, LDC et Tallec ont déposé des offres séparées de
reprise partielle
. Elles préserveraient entre 450 et 500 emplois sans compter les
134 personnes reprises à l'abattoir de Pleucadeuc (Morbihan) dans le plan de
continuation du groupe Doux.