L'intérim en baisse, mauvais signal pour l'économie

EXCLUSIF par Julie Bloch-Lainé mardi 25 novembre 2014 23:52
Les embauches en intérim ont reculé de 2,9% en octobre © Maxppp
Les embauches en intérim ont reculé de 2,9% en octobre © Maxppp

L'horizon de l'emploi s'assombrit. Alors que les chiffres du chômage sont attendus demain, France Info vous révèle en exclusivité ceux de l'intérim. Les embauches en intérim ont encore chuté en octobre : -2.9%, selon le baromètre Prism'Emploi (qui rassemble plus de 600 entreprises d'intérim. Depuis le début de l'année 5.000 emplois ont ainsi été perdus dans le travail temporaire.

La chute est vertigineuse : dans le bâtiment, le nombre d'intérimaires a chuté de plus de 20% le mois dernier. Un recul historique qui traduit les difficultés du secteur, en panne de chantiers.

Les embauches en intérim chutent de 2,9% en octobre. François Roux, délégué général de Prism'Emploi, qui publie l'étude

Le travail temporaire baisse aussi dans les transports. C'est bien plus léger : -0,5 % mais c'est un mauvais signe. C'est la 1ere baisse en 6 mois, or le transport de marchandise annonce souvent l'activité à venir dans d'autres secteurs. Ce sont les camions qui apportent des matériaux aux usines lorsqu'elles ont des commandes. Une chute de l'interim dans les transport ne présage donc rien de bon pour l'activité en France.

Plus globalement, l'intérim est considéré comme un barometre du marché de l'emploi : losrque les entrepirses vont mal, elles utilisent moins d'emplois temporaires, avant de se séparer éventuellement de leurs salariés. Cette baisse de l'intérim en octobre pourrait donc annoncer un nouveau recul du marché du travail. Meme si certains secteurs résistent, le travail temporaire se maintient dans l'industrie  et progresse même, d'un peu moins de 2%, dans le commerce ou les services comme l'hotellerie et la restauration.